Économie numérique

Etude «La Suisse numérique: imaginer l’économie et la société de demain»

La numérisation devient de plus en plus un moteur de l’innovation pour l’économie et la société. En tant que championne de l’innovation, la Suisse est idéalement placée pour être du côté des gagnants de la transformation numérique. Saisissons cette chance.

Notre position

  • Des infrastructures de communication et d’information performantes, sûres et disponibles à l’échelle nationale sont le fondement et un facteur important pour permettre la transformation numérique de l’économie et de la société.
  • Un excès de zèle politique, la protection d’intérêts particuliers ou des conditions-cadre erronées ne doivent pas freiner la dynamique économique et technique de cette évolution numérique.
  • L’innovation est la clé du succès. Une politique réussie en matière d’innovation crée une marge de manœuvre pour les entreprises, soutient un bon système de formation et favorise les connexions avec l’étranger.

Dossiers en cours


Protection des données
L'Union européenne a donné un coup de bâton dans la fourmilière en mettant en vigueur son règlement sur la protection des données (RGPD) en mai 2018. Les entreprises suisses qui offrent des produits ou des services à des personnes dans l'UE doivent s'y conformer. 
 
Etes-vous concerné? Notre test vous répondra test RGPD
 
L'essentiel sur le RGPD fiche d'information
 
La Suisse est en train de réviser sa vieille loi sur la protection des données, mais le Parlement a décidé de prendre son temps, ce qui n'est pas idéal compte tenu de l'évolution du contexte européen.
 

Infrastructures de communication
La révolution digitale a besoin d'infrastructures performantes pour pouvoir déployer tous ses effets. La Suisse est très bien placée au niveau mondial, mais doit veiller à conserver cette avance. Elle n'en prend pas le chemin en matière de communications mobiles, car elle ne parvient pas à mettre en place la réglementation nécessaire au déploiement du réseau 5G. Nos normes d'émission sont très nettement plus basses que dans l'UE, ce qui empêche d'utiliser les antennes actuelles et obligerait les opérateurs à en construire de nouvelles. Cela susciterait beaucoup d'oppositions et ralentirait fortement le déploiement de cette nouvelle génération de réseaux.
 
 
La révision en cours de la loi sur les télécommunications est un autre chantier crucial. Selon les orientations choisies, le développement des infrastructure sera freiné ou au contraire accéléré. L'une des questions centrales est les conditions d'accès des acteurs du marché aux réseaux existants. Il faut mettre en place des règles qui continuent d'inciter à investir et permettent de rentabiliser ces investissements. L'organisation actuelle du marché donne manifestement de bons résultats, puisque la Suisse dispose d'un réseau de télécoms d'excellente qualité, pratiquement sur l'ensemble du territoire.
 
 

Formation
Les changements apportés par la numérisation suscitent des craintes pour l'emploi. Ce n'est pourtant pas la première mutation technologique que la Suisse subit. Les précédentes ont été négociées avec succès et les nouvelles possibilités qu'elles ont ouvertes se sont traduites par une hausse des emplois. Pour qu'il en soit également ainsi avec l'économie 4.0, il y a un effort de formation à faire, tant pour les jeunes que pour les personnes qui ont un emploi.
 

Étude: «La Suisse numérique: Imaginer l'économie et la société de demain»

 

ÉTUDES SUR LA NUMERISATION

Conséquences de l’automatisation sur l'emploi

L’étude propose une analyse des effets de l’automatisation sur l’emploi en Suisse d’ici à 2025. Les principaux résultats: 

  • Malgré l’automatisation croissante des activités, 800 000 emplois (nets) ont été créés sur le marché du travail helvétique au cours des 25 dernières années.
  • L’automatisation a supprimé certaines activités, mais elle a aussi accru la demande de main-d’œuvre. Selon les prévisions, quelque 270 000 emplois devraient être créés à l’échelle nationale d’ici à 2025.

Étude de Deloitte (en anglais)

 

L’avenir de la société connectée 

L’étude présente quatre scénarios:

  • Digital 99 percent»: la société en divise en une élite technocratique et une grande masse de personnes qui se maintiennent à flot avec des emplois nécessitant, dans leur majorité, peu de qualifications et qui sont anesthésiés avec des divertissements de bas niveau.
  • «Low horizon»: les individus rejettent les nouvelles technologies et se coupent le plus possible des flux d’informations numériques.
  • «Holistic service communities»: les individus confient toutes leurs données à une grande institution qui veille ensuite sur eux telle «big mother». La vie est totalement transparente et sûre – aussi longtemps qu’on ne tente pas de sortir du système.
  • «Dynamic freedom»: Internet est réinventé, radicalement décentralisé, sans serveur, ouvert, démocratique et flexible. La créativité et l’esprit d’entreprise fleurissent, des personnes et des machines coopèrent, la technique s’autorégule.

Étude Swiscomm/Institut Gottlieb Duttweiler

 

L’industrie 4.0 et son impact sur l’internationalisation

La quatrième révolution industrielle ne concerne pas seulement les petites et moyennes entreprises. La numérisation influence les opérations internationales de toutes les entreprises: des chaînes de création de valeur deviennent plus flexibles et plus malléables, leur organisation est fragmentée. Les données en temps réel auront une importance décisive et la capacité à analyser ces données deviendra essentielle.

Comment les PME peuvent-elles réagir à un stade précoce au changement? Quels changements en ce qui concerne la coopération avec des partenaires commerciaux – pour les achats et les ventes – deviennent indispensables?  L’étude de Switzerland Global Enterprise montre aux entreprises des mesures possibles pour rester prospères au niveau international. 

S-GE-White Paper Industry 4.0

 

Extreme automation and connectivity: The global, regional, and investment implications of the Fourth Industrial Revolution 

L’économie mondiale se trouve à la veille de profonds changements, comparables dans leur ampleur à la première révolution industrielle, au développement du travail à la chaîne, ou à l’invention de la puce électronique. Les avancées technologiques permettent des niveaux encore plus poussés d’automatisation. Parallèlement, le fait que la possession d’instruments intelligents devienne quasi universelle dans de nombreuses parties du monde induit un degré d’interconnexion qui était inimaginable auparavant. Ces développements, qui font partie, à notre avis, d'une quatrième révolution industrielle induite par l’évolution des technologies ont des implications de taille pour les investisseurs, l’économie mondiale et la compétitivité relative de nations développées et émergentes.

UBS-livre blanc, WEF 2016

 

ORGANISATIONS ET INDICATEURS SUR LA NUMERISATION

  • digitalswitzerland est une initiative portée par des entreprises industrielles suisses qui vise à faire de la Suisse un hub numérique de premier plan en Europe.
logo digitalswitzerland
  • Industrie 2025: industrie2025.ch est la plateforme dédiée à l’information, à la sensibilisation, à l’interconnexion et à l’encouragement des entreprises helvétiques sur le thème d’industrie 4.0.
industrie2025
  • Digital.swiss: Le tableau de bord développé par digital.swiss mesure la progression de la numérisation en Suisse et identifie, sur cette base, les domaines dans lesquels des mesures s’imposent en vue de la transformation numérique.  
digitalswiss
  • IMD World Digital Competitiveness Ranking: en 2018, la Suisse progresse au 5ème rang des pays les plus en pointe par rapport à la numérisation. D'autres classements indiquent également que notre pays se place parmi les leaders. Les évolutions sont cependant très rapides dans ce domaine et nous devons veiller à rester dans la course.