Politique climatique

La maîtrise du changement climatique représente un défi global. Pour s'y atteler, nous avons besoin d'une politique internationale coordonnée, qui laisse les entreprises choisir leurs moyens d'action, qui soit technologiquement ouverte et qui crée un cadre favorable aux innovations.

 

Notre position

  • L'économie soutient l'accord de Paris sur le climat
  • Il faut considérer comme équivalentes les réductions d'émission en Suisse ou à l'étranger
  • La taxe sur le CO2 doit rester modérée - la Suisse ne doit pas faire cavalier seul
  • Toutes les entreprises qui le souhaitent doivent pouvoir prendre un engagement de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre

Révision de la loi sur le CO2

Comment contribuer efficacement à maîtriser le problème climatique global?

Cette question devrait être au centre des discussions en cours sur la révision de la politique climatique suisse. Notre pays a bien progressé, avec des émissions de gaz à effet de serre par personne et par franc de richesse produite qui sont les plus basses des pays développés. L’industrie a notamment nettement baissé ses émissions. Mais la loi actuelle bride le potentiel de la Suisse et induit des coûts élevés. La révision en cours est une occasion à ne pas manquer d’améliorer la situation. Afin de réaliser l’objectif fixé pour 2030, l’économie fait trois propositions:

  • Atteindre l’objectif national par une combinaison de mesures en Suisse et à l’étranger. L’accord de Paris le permet et le Conseil fédéral le propose, mais en fixant arbitrairement les parts internes et externes. La flexibilité permettrait d’obtenir davantage de réductions par franc investi. C'est une condition impérative.
     
  • Permettre à toutes les entreprises qui le souhaitent de prendre un engagement de réduction des émissions. La mesure inciterait surtout les PME à faire le pas et contribuerait à concrétiser le potentiel de réduction qui existe dans les entreprises. Aujourd'hui, seul un millier d'entre elles peuvent s'engager. Le projet de loi continue de restreindre très fortement cette possibilité. 
     
  • Maintenir la taxe sur le CO2 maximale à 120.- fr. par tonne. Elle est déjà presque la plus chère du monde. Si elle l’augmentait en solitaire, la Suisse pénaliserait son économie et en particulier l’industrie.

Avec une politique climatique basée sur ces principes, la Suisse proposerait une voie innovante et efficace pour concilier la protection du climat et la préservation de la compétitivité économique.

Pour en savoir plus

Réaction au projet du Conseil fédéral

Réponse à la consultation

 

graphiques cliamt suisse

 

Agence de l'énergie pour l'économie (AEnEC)

Depuis 2001, plus de 100 conseillers spécialisés aident les entreprises à  trouver les meilleures solutions pour abaisser leurs émissions, leur consommation d'énergie et diminuer ainsi leurs coûts. Près de 3800 entreprises ont bénéficié de ces services, dans toutes les branches et sur l'ensemble du territoire. Les objectifs fixés avec la Confédération pour 2020 ont déjà été atteints en 2016. Les entreprises participantes ont diminué leur consommation électrique 2,2 milliards de kilowattheures d'électricité par an, leurs émissions ont baissé de 30% depuis 1990 et elles économisent 460 millions de francs.