# 5 / 2020
22.09.2020

«Horizon Europe»: innover grâce à des coopérations

La Suisse est fière de ses innovations, de ses hautes écoles et de ses chercheurs. Cependant, son succès n’est pas le fruit du hasard. Pour la recherche suisse, la possibilité de participer aux programmes de recherche européens est un atout important. La poursuite de cette coopération fructueuse est actuellement menacée: l’initiative de résiliation des accords bilatéraux fait peser une épée de Damoclès sur la participation au nouveau programme-cadre «Horizon Europe». Les enjeux sont cruciaux pour la recherche suisse.

L’essentiel en bref

Le 8e programme-cadre de recherche européen «Horizon 2020» arrive à son terme. La Suisse participe actuellement à tous les volets de ce programme en tant que pays pleinement associé, et avec beaucoup de succès. En tant que site de recherche, elle profite de son excellente intégration dans le réseau international de recherche. La coopération joue un rôle essentiel non seulement pour les hautes écoles, mais aussi pour l’économie: en effet, près de la moitié de tous les projets européens auxquels la Suisse a participé consistent en une coopération entre des hautes écoles et des entreprises privées. Le taux de succès des projets suisses se situe d’ailleurs au-dessus de la moyenne: la Suisse se classe dans le peloton de tête tant du point de vue du taux d’acceptation que du nombre de participations à des projets. 

Il s’agit maintenant de pérenniser cette collaboration fructueuse. Le Conseil fédéral a demandé au Parlement l’association pleine et entière au programme «Horizon Europe» qui succèdera à Horizon 2020 et la participation aux programmes d’accompagnement. Le 9e programme-cadre de recherche (PCR) européen est le plus important au monde: par rapport au 8e programme-cadre, son budget s’étoffe à nouveau considérablement, passant de 70 milliards à près de 100 milliards d’euros. Ce programme s’inscrit dans une approche globale: les divers instruments d’encouragement couvrent pratiquement toute la chaîne de valeur, de la recherche fondamentale à la recherche appliquée, jusqu’à l’innovation technologique.

La participation de la Suisse au programme «Horizon Europe» est pourtant remise en cause: sur le plan national, la participation de la Suisse dépend du résultat de la prochaine votation populaire sur l’initiative dite de résiliation qui aura lieu le 27 septembre. En effet, l’accord bilatéral sur la recherche est lié aux six autres accords bilatéraux I, dont l’accord sur la libre circulation des personnes, par la clause dite «guillotine»: si l’un des accords est résilié, tous les autres perdent également leur validité. Une telle situation doit être évitée à tout prix, dans l’intérêt de la Suisse en tant que site de recherche et d’innovation.

Position d’economiesuisse

  • Les chercheurs suisses doivent se mesurer aux meilleurs. Sans les programmes européens, la recherche suisse perd non seulement de son éclat mais aussi de sa qualité.
  • La participation de la Suisse aux programmes-cadre de recherche et de formation européens est importante pour le développement des hautes écoles suisses comme pour l’économie et le pays dans son ensemble: seule une coopération internationale fructueuse permet à la Suisse de continuer à être très innovante.
  • Outre le Fonds national suisse, les programmes européens sont la première source de financement pour des projets de recherche menés en Suisse. Les deux programmes se complètent et ne peuvent pas se remplacer l’un l’autre.
  • economiesuisse s’engage en faveur d’une association pleine et entière de la Suisse à «Horizon Europe» et rejette justement l’initiative de résiliation des accords bilatéraux pour cette raison.