5G

Pas de numérisation sans infrastructure moderne de téléphonie mobile

La numérisation n’est pas envisageable sans une infrastructure performante de téléphonie mobile. Pour pouvoir exploiter son potentiel et suivre le rythme de l’évolution technologique, il est indispensable de mettre en place la 5G en Suisse. economiesuisse et la société de conseil EY ont réalisé une analyse en collaboration avec le secteur de la téléphonie mobile et constaté que les conditions-cadres devaient être adaptées.

La communication mobile fait aujourd’hui partie de notre quotidien. La technologie s’est développée très rapidement ces vingt dernières années, offrant sans cesse de nouvelles possibilités, dont certaines étaient auparavant inimaginables. Les progrès réalisés dans la transmission de données se sont traduits par de nombreuses offres et prestations multimédias qui bénéficient aux consommateurs. Pour les entreprises, la téléphonie mobile est également un moteur d’innovation important qui permet d’accroître régulièrement l’efficacité d’utilisation des ressources et d’ouvrir de nouveaux secteurs d’activité. Cela développe la création de valeur en Suisse et bénéficie ainsi à toute la place économique.

Bouleversement technologique annoncé

Technologie primordiale pour la Suisse, la 5G donnera une nouvelle dimension aux performances de l’infrastructure de téléphonie mobile. Elle permettra de gérer des volumes considérables de données tout en réduisant sensiblement les temps de latence. Grâce à cela et à d’autres innovations techniques, la 5G offrira un avantage indéniable par rapport aux technologies existantes. Elle pourra être complétée ponctuellement par des technologies alternatives comme le wifi, mais celles-ci ne sauraient s’y substituer. Le champ d’application potentiel de la 5G est immense et très diversifié : mobilité, tourisme, secteur de la santé, formation ou commerce de détail, notamment. De plus, un vaste réseau 5G ouvrira de nouvelles possibilités pour fournir des prestations de haute qualité dans des zones périphériques. Une application essentielle concerne, par exemple, les opérations de sauvetage : après un accident, la 5G permettra de poser un diagnostic détaillé sur place ou pendant le transport en ambulance (tomographie mobile assistée par ordinateur, par exemple) et de surveiller l’état du patient en temps réel depuis l’hôpital. On pourra ainsi gagner de précieuses minutes, en particulier après des accidents graves, des infarctus ou des accidents cardiovasculaires ayant lieu dans des régions reculées. Concernant la mobilité, l’accent est mis sur les applications destinées aux véhicules autonomes, car ceux-ci ont surtout besoin de temps de latence courts pour pouvoir rouler en toute sécurité dans une circulation interconnectée. Or ces innovations ne sont pas réalisables sans une infrastructure moderne de téléphonie mobile.

Actions nécessaires afin de créer de la valeur ajoutée pour l’économie et la société

De nombreux pays ont conscience que la 5G est un moteur d’innovation essentiel. Son introduction a déjà commencé à l’étranger et les pouvoirs politiques de nombreux États membres de l’Union européenne l’encouragent par exemple activement. La Suisse est malheureusement à la traîne dans ce domaine. La Confédération a certes fixé récemment les bases de la procédure d’attribution des fréquences, mais les autres conditions-cadre empêchent toute mise en œuvre prochaine des réseaux mobiles de cinquième génération et l’exploitation de leur potentiel. Pour sensibiliser davantage à l’importance de la 5G, economiesuisse et la société de conseil EY ont analysé la situation dans le livre blanc « Mobilfunkkommunikation als Schlüsselfaktor der Digitalisierung » (la communication mobile, un facteur essentiel pour la numérisation) et identifié trois champs d’action principaux :

1) Renforcer le dialogue et la collaboration pour réussir la transformation numérique

La communication mobile devrait être davantage mise en avant comme facteur d’innovation dans les différents cercles de dialogue et de coopération existants entre les autorités, les milieux économiques, scientifiques et politiques ainsi que la société civile en matière de numérisation. Cela permettrait de faire rapidement le point sur les chances et les risques qui y sont liés.

2) Promouvoir la communication mobile comme un facteur essentiel pour la numérisation

Le développement de l’infrastructure de téléphonie mobile devrait être encouragé activement par les milieux politiques et être moins considéré comme une gêne. Cela concerne non seulement la Confédération, mais également les cantons et les communes, qui jouent un rôle important dans les procédures d’autorisation. Il convient d’étudier les mesures que la Confédération pourrait appliquer ou initier pour alléger la charge administrative liée à la réalisation de la nouvelle infrastructure.

3) Adaptation de l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI)

L’ORNI a pour but de protéger l’homme contre le rayonnement non ionisant nuisible ou incommodant. Les valeurs limites en vigueur, qui sont dix fois plus strictes qu’à l’étranger, sont cependant disproportionnées et entravent le développement de l’infrastructure de téléphonie mobile. Elles devraient donc être modifiées raisonnablement en tenant compte des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et d’une expérience d’environ 20 ans. D’autres dispositions d’exécution devraient également être révisées pour permettre une extension plus rapide et une meilleure rentabilité des investissements.