# 8 / 2020
27.11.2020

Un visa start-up pour courtiser les jeunes entreprises

La Suisse est un pays de recherche et d’innovation, mais pour ce qui est des conditions-cadre pour start-up, son astre pâlit peu à peu. Ce qu’il lui faut, c’est un programme de visas pour jeunes entrepreneurs innovants provenant de pays tiers, inspiré de ceux qui ont été introduits ces dernières années dans de nombreux pays. 

L’essentiel en bref

De plus en plus de pays multiplient les actions pour tenter de séduire les start-up. Pour encourager la création de ces entreprises innovantes, des conditions-cadre attrayantes sont mises en place. Au nombre de celles-ci figure, très souvent, un programme de visa spécial pour les jeunes entrepreneurs de l’étranger. Au cours des dix dernières années, de nombreux pays, y compris d’Europe, se sont dotés de tels programmes. La Suisse ne connaît encore aucun visa spécial start-up. Grâce à la libre circulation des personnes, les créateurs d’entreprises de l’UE/AELE peuvent facilement travailler en Suisse. Par contre, les nouveaux arrivants de pays tiers doivent surmonter des barrières élevées, étant donné qu’ils sont soumis au système des contingents. Tant le transfert de start-up existantes de l’étranger en Suisse que la création de spin-off des hautes écoles sont ainsi entravés. Alors qu’elle est un pays de recherche et d’innovation, la Suisse se fait de plus en plus distancer par d’importantes nations concurrentes. Plusieurs interventions ont été déposées au Parlement pour remédier à cette situation insatisfaisante.

Position d’economiesuisse

  • La Suisse doit rapidement améliorer l’accès à son marché du travail pour les créateurs de start-up de pays tiers, notamment en introduisant un visa spécial start-up.
  • Des modifications doivent être apportées à la loi sur les étrangers pour que les exigences spécifiques des start-up et de leur potentiel d’innovation puissent être prises en compte.
  • Les autorisations de travail pour start-up doivent être traitées rapidement selon des procédures aussi sveltes que possible.
  • L’attention doit se focaliser sur deux groupes cibles: les créateurs d’entreprises qui veulent s’établir avec leur start-up. Et les personnes qui ont accompli des études ou travaillé dans la recherche et qui voudraient commercialiser leurs idées dans une start-up.