La stratégie énergétique 2050 menace la sécurité de l’approvisionnement

​economiesuisse soutient les demandes de l’industrie en vue d’une libéralisation rapide du marché de l’électricité et d’un accord sur l’électricité avec l’UE
​Dans une prise de position commune, Swissmem et scienceindustries rejettent la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral. Les branches représentées par ces deux organisations sont responsables de plus de 70 % des exportations de biens et 14 % de la production nationale. economiesuisse partage leurs critiques : le développement des énergies renouvelables prévu par le Conseil fédéral fait monter les prix de l’électricité, sans garantir la sécurité de l’approvisionnement. De plus, des mesures d’efficacité énergétique non-rentables et des interdictions technologiques inutiles sont une menace supplémentaire pour la compétitivité de l’économie suisse. 

Certains éléments de la stratégie énergétique 2050 méritent d’être soutenus. economiesuisse soutient la simplification des procédures d’autorisation pour la construction d’installations de production et du réseau, ainsi que le maintien de conventions d’objectifs pour améliorer l’efficacité énergétique, sur le modèle de l’Agence de l’énergie pour l’économie (AEnEC).

Néanmoins, cela ne suffit pas pour garantir un approvisionnement énergétique sûr et compétitif. À l’instar de scienceindustries et de Swissmem, economiesuisse demande une ouverture rapide et complète du marché suisse de l’électricité. Un marché libéralisé est en effet une condition à la conclusion de l’indispensable accord sur l’électricité avec l’UE. Afin d’éviter des lacunes d’approvisionnement, il faut également créer des conditions-cadre qui permettent l’exploitation économiquement rentable de centrales à gaz à cycle combiné. Enfin, une recherche plus intense dans le domaine de l’énergie permettrait d’accélérer l’exploitation commerciale des énergies renouvelables, ce que ne permettrait pas un système de subventions hypertrophié.