Coronavirus: le test rapide change la donne

Dans quelques jours, nous devrions savoir, enfin, si le test rapide est validé. Tout porte à croire que certains des tests examinés sont suffisamment bons pour changer radicalement la façon dont nous gérons actuellement la pandémie. Les quarantaines automatiques devraient disparaître.

Sur la base des connaissances actuelles, on peut affirmer que les tests rapides mis au point ne sont pas parfaits, mais ils semblent être bons. La probabilité qu’ils aboutissent à un «faux négatif» est faible. Le taux d’erreurs est légèrement supérieur pour les «faux positifs». Autrement dit, avec un test rapide, le nombre de personnes considérées comme infectées serait supérieur à la réalité et non inférieur. Les cas plus problématiques où une infection n'est pas détectée sont relativement rares. Dans ces conditions, le test rapide peut vraiment changer la donne. Il a deux avantages importants: premièrement, son résultat est disponible en 15 minutes seulement - ou dans un délai assez similaire. Deuxièmement, il s’agit d'un test antigénique qui fonctionne déjà quelques heures après l’infection par le coronavirus.

Grâce au test rapide, seules les personnes infectées devront faire une quarantaine. Cela permet de maîtriser les coûts et de revenir à plus de normalité dans notre quotidien

Le test rapide ouvre de nouvelles possibilités. Avec lui, imposer une quarantaine à des personnes qui seraient potentiellement infectées n’aurait plus de sens. Si, par exemple, un cas de coronavirus survient après un mariage, après du travail en équipe ou dans un service particulier, on demandera aux personnes concernées de passer le test rapide. Et seules les personnes dont le test est positif devront effectivement effectuer une quarantaine.

Des tests rapides doivent aussi être réalisés dans les aéroports. Au lieu d’imposer une quarantaine à toutes les personnes de retour d’une zone à risque, seuls les voyageurs dont le test est positif seraient ainsi mis en quarantaine. De cette manière, nous retrouverions, enfin, une grande partie de notre liberté de mouvement. Les voyageurs d’affaires pourraient rencontrer leurs clients et on pourrait à nouveau rendre visite à la famille à l’étranger.

La Suisse ne doit pas laisser passer cette chance

Le test rapide nous permettrait donc de réduire massivement les coûts très lourds liés aux quarantaines. Il faut espérer que la Suisse ne ratera pas le coche à force de clarifications. En effet, si nous tardons à prendre une décision, les autres pays auront déjà acheté tous les tests rapides disponibles.