# 8 / 2017

Finances fédérales: de la marge de manœuvre, maintenant

En raison du rejet de la prévoyance vieillesse, le budget fédéral 2018 se voit alléger de 442 millions. Que faut-il faire de ce bonus? Le dépenser ou l'attribuer à l'amortissement de la dette ? 

Lire le dossier
Temps de lecture
16 minutes
Lire le résumé
Temps de lecture
4 minutes

L’essentiel en bref

Le budget fédéral 2018 semble assez banal: le montant des recettes comme des dépenses reste pratiquement inchangé à 71 milliards de francs. Rien de spectaculaire, ni dans les entrées ni dans les sorties. Mais pour arriver à ce résultat équilibré, le  Conseil fédéral avait dû réduire la voilure d’un milliard de francs. Et ensuite, le 24 septembre, la donne a encore changé. La prévoyance vieillesse 2020, et son nouveau modèle de financement de l'AVS, ont été rejetés. La Confédération dispose donc au final de 442 millions de francs qu'elle était censée injecter dans l'AVS. L’affectation de cette manne sera au centre des débats parlementaires à venir.

Position d’economiesuisse

  • En principe, le budget fédéral 2018 doit être mis en œuvre tel que décidé par le Conseil fédéral.
  • Les fonds non sollicités suite au refus de la réforme des retraites doivent rester libres et servir intégralement à l’amortissement de la dette. Cela permet non seulement d’alléger durablement le budget, mais constitue aussi un signal fort contre la croissance problématique des dépenses liées.
  • La marge de manœuvre restante, 100 millions de francs environ, peut être engagée dans des mesures ciblées ayant un effet économique optimal, en premier lieu dans le domaine FRI.