# 01 / 2017

Avenir numérique: la Suisse a tous les atouts pour réussir

La transition numérique est sur toutes les lèvres. Les bouleversements qu’elle implique incitent de nombreux acteurs politiques à vouloir piloter ce tournant à coups de réglementations. Cet activisme doit être examiné d’un œil critique. L’ouverture, la liberté d’entreprendre, la stabilité politique et juridique, un marché du marché flexible et un système éducatif de qualité restent les garants du succès, également à l’ère numérique.

Lire le dossier
Temps de lecture
16 minutes
Lire le résumé
Temps de lecture
4 minutes

Contact et questions

Erich Herzog
Responsable suppléant concurrence et réglementation
Dominique Rochat
Responsable de projets

L’essentiel en bref

Le progrès technologique s’accompagne d’une mutation économique et sociale perçue comme majeure. Cette mutation recèle d’importantes opportunités, que la Suisse peut mettre à profit si elle reste fidèle aux facteurs qui ont fait sa réussite jusqu’à maintenant. Comme lors de toute transformation, la politique cherche son rôle. En témoignent les nombreuses interventions qui visent à piloter la mutation numérique. Cet activisme doit être examiné d’un œil critique car dans le contexte du progrès technologique, une réglementation hâtive ou des mesures de politique industrielle menacent le succès du modèle suisse. Bon nombre de propositions politiques vont en effet à l’encontre des intérêts de l’économie et de la société. Soit parce qu’elles visent uniquement à maintenir un statu quo et sont donc protectionnistes, anticoncurrentielles et freinent l’innovation, soit parce qu’elles visent des développements en cours, à la direction incertaine, et bloquent ainsi des options pour d’autres scénarios.

L’un des atouts de notre pays réside dans sa capacité à s’adapter avec succès aux changements. Si nous voulons que la Suisse reste compétitive, nous devons maintenir nos facteurs de succès également dans le cadre d’un futur numérique et, pour cela, examiner d’un œil critique les approches réglementaires, sans précipitation ni agitation. La flexibilité et l’adaptabilité sont et restent le pivot de notre réussite. Le système éducatif suisse notamment doit tenir compte des changements que cela entraînera pour les employées et promouvoir la capacité d’adaptation.

Position d’economiesuisse

  • Le développement numérique est une chance pour la Suisse. Elle est l’un des pays les plus susceptibles de rester parmi les plus innovants et les plus prospères, du fait de son excellente compétitivité et de sa large intégration internationale.
  • Dans un monde dominé par les données, des infrastructures d’information et de communication performantes, sûres et disponibles sur tout le territoire sont fondamentales pour permettre les transformations. Il s’agit d’un facteur décisif pour favoriser une mutation numérique de l’économie et de la société.
  • Les facteurs auxquels la Suisse doit son succès actuel demeurent valables pour demain. Esprit d’ouverture, liberté d’entreprendre, stabilité politique et juridique, marché de l’emploi flexible et système éducatif solide restent des gages de réussite décisifs, également à l’ère numérique.
  • Une prudence particulière s’impose avant de réglementer dans un environnement très dynamique. Le risque que les interventions réglementaires se révèlent néfastes est élevé. La précipitation et l’agitation ne sont ici pas la bonne recette.
  • Le progrès technologique nécessite une vision globale, qui s’étende à toutes les branches économiques. Établir une réglementation ou l’adapter ne doit être ni motivé ni entravé par des intérêts particuliers ou des structures que l’on pense devoir maintenir.